Qu’ont en commun des fruits et des légumes moches, un accessoire de cyclisme intelligent et de purs produits de l’érable ? Ils sont tous au cœur d’une entreprise créée par des étudiants soutenus par la Fondation HEC Montréal et ses donateurs.

SECONDLIFE : POUR DONNER UNE CHANCE AUX PLUS MOCHES

Thibaut MartelainThibaut Martelain (B.A.A. 2015) a eu la piqûre entrepreneuriale lors d’une rencontre avec des entrepreneurs organisée dans le cadre d’un de ses cours. Il a eu envie de faire comme eux; il ne restait qu’à trouver l’idée. Et cette dernière, il la voulait près de ses valeurs.
C’est en 2014, alors qu’un programme de lutte contre le gaspillage alimentaire est élaboré en Europe, que le projet commence à germer dans sa tête et dans celle de son ami Quentin Dumoulin, de l’Université Concordia. Ils réalisent alors que le Québec accuse un certain retard à ce chapitre et amorcent des discussions avec de nombreux producteurs et propriétaires de supermarchés et de fermes. « Nous avons découvert que des centaines de produits étaient gaspillés chaque année parce que jugés trop moches », se rappelle Thibaut Martelain.
Quelques mois après avoir effectué leurs premières ventes lors de l’événement Restaurant Day Montréal, ils reçoivent la Bourse d’entrepreneuriat Kruger (2 500 $) et peuvent alors lancer officiellement leur entreprise.
Le principe de SecondLife est simple : vous choisissez en ligne votre point de cueillette et vos produits, et vous allez chercher ceux-ci au moment indiqué. Depuis septembre 2015, les deux associés ont reçu plus de 4 600 commandes, et des tonnes de produits ont ainsi été récupérées. L’entreprise compte près de 10 employés et plus de 15 points de cueillette à Montréal, et vise maintenant les restaurants et les institutions. second-life.ca

DE LA RELÈVE POUR LE DOMAINE DES 15 LOTS

Nathalie Simoneau
Située près de Thetford Mines, l’érablière Le Domaine des 15 lots appartient à la famille Simoneau depuis plus de 30 ans. Nathalie Simoneau, étudiante au certificat en vente relationnelle, en a fait l’acquisition avec son frère et sa sœur il y a trois ans. « C’était dans nos gènes; il allait donc de soi que nous allions un jour prendre la relève, souligne-t-elle. Je travaillais dans le domaine de la restauration depuis longtemps; j’avais envie de relever de nouveaux défis, et surtout, de devenir mon propre patron. »
Grâce à la Bourse d’entrepreneuriat Jean-Pierre Chartrand (8 000 $) obtenue au printemps 2015, la jeune femme a notamment pu acquérir de l’équipement et finaliser le site Web de l’entreprise. « Au départ, j’ai dû mener de front mon emploi en restauration et mon projet de relève, souligne la jeune entrepreneure. J’ai ensuite pu passer en deuxième vitesse et devenir plus visible. »
Aujourd’hui, l’entreprise vend par le biais d’Internet trois types de sirop d’érable qui ne sont ni mélangés ni standardisés. Au moment de la récolte printanière, environ 300 produits sont embouteillés chaque jour et peuvent ainsi avoir un goût distinct, selon la température et d’autres facteurs. Ces cuvées sont aussi disponibles dans une dizaine de points de vente, avec une offre étendue au sucre, au beurre d’érable et aux pâtisseries, notamment le fameux carré à l’érable, qui connaît un franc succès partout où il est vendu.
En plus du marché des pâtisseries, la jeune entrepreneure compte développer l’agrotourisme. « Dès décembre 2017, nous aimerions permettre au public de venir nous visiter pour vivre l’expérience de la cabane à sucre », conclut Nathalie Simoneau. domainedes15lots.com

SMARTHALO : POUR DU CYCLISME INTELLIGENT

Gabriel AlberolaAu retour d’un voyage, Gabriel Alberola, alors étudiant à la maîtrise en marketing, approche son collègue d’études Maxime Couturier pour lui faire part d’un constat qui pourrait bien devenir une occasion d’affaires : les cyclistes roulent une main sur le guidon, l’autre sur leur téléphone intelligent, ce qui n’est pas très sécuritaire. Avec deux autres complices, Olivier Bourbonnais et Xavier Peich, ils commencent alors à réfléchir à la conception d’un outil qui pourrait régler ce problème.
En 2014, ils louent un local pour se consacrer à la création d’un prototype et le présenter sur Kickstarter, une plateforme de sociofinancement. Grâce à la Bourse d’entrepreneuriat EY (5 000 $), ils peuvent, dans l’intervalle, se concentrer sur le développement de leur produit. Leur objectif initial était d’amasser 67 000 $ avec Kickstarter, mais ils franchissent rapidement le cap des 500 000 $. « En plus du financement, cette initiative nous a également permis de valider le marché et nous a donné la confiance nécessaire pour poursuivre le développement de notre technologie », affirme Maxime Couturier.
L’appareil SmartHalo se fixe fermement au centre du guidon de presque tous les vélos et se synchronise avec un téléphone intelligent pour offrir une panoplie de services : GPS, calcul du temps, de la distance, de l’élévation, des calories, de la vitesse et des progrès accomplis.
Le produit n’est pas encore sur le marché qu’il s’est déjà vendu à plus de 5 000 exemplaires en précommande. Après le lancement prévu cet automne, les associés veulent développer des mises à jour et de nouvelles fonctionnalités. Grâce à une entente avec PBSC Solutions Urbaines, propriétaire de BIXI, ils créeront un produit adapté qui sera intégré aux vélos en libre-service dans plusieurs grandes villes du monde. smarthalo.bike/fr

arrow-blue-rightEn 2015-2016, la Fondation a remis 105 150 $ en bourses entrepreneuriales, dont plus de 85 000 $ grâce à la générosité de ses donateurs.

Annick Morin et Nathalie Simoneau

Annick Morin, directrice du développement des affaires et des opérations, Alliances HEC Montréal – Entreprises et Nathalie Simoneau, récipiendaire de la Bourse d’entrepreneuriat Jean-Pierre Chartrand.

Bourse d'entrepreneuriat Kruger

Thibaut Martelain, Marina Léger, Jonathan Charlebois, directeur des ressources humaines chez Kruger, et Loïc Souetre, lors de la remise de la Bourse d’entrepreneuriat Kruger, à l’hiver 2015.

 

Bourse d'entrepreneuriat EY

Les cinq récipiendaires de la Bourse d’entrepreneuriat EY : Sara-Geneviève Dagenais, Elodie Sarah Fanny Doukhan, Gabriel Alberola, Maxime Couturier et Annie Leclerc, en compagnie de Wajih Chemali et Stéphanie Laroche, représentants de la firme-conseil EY.