Le 1er juin prochain, Michel Patry quittera ses fonctions de directeur de HEC Montréal. ce grand humaniste nous livre ici certains pans plus personnels de sa vie avant d’aborder une nouvelle étape de son parcours professionnel.

01Quelqu’un qui vous a particulièrement inspiré ?

Quote gauche Mon père, un commerçant qui travaillait très, très fort. Ce n’était pas un intellectuel, mais il m’a grandement appris. Tu as intérêt à savoir compter quand tu es épicier, car les marges de profit sont minces. Je lui dois notamment mes premières notions de gestion et de solides valeurs : une grande discipline de travail, le sens du devoir et de la famille, la rigueur… On n’avait pas beaucoup de loisirs; j’ai passé mon enfance dans le commerce familial. Comme mon père n’avait pas pu finir son secondaire, il nous a encouragés à poursuivre nos études. Quote droite

02Quel genre d’enfant étiez-vous ?

Quote gauche Un enfant facile, studieux. J’étais bon à l’école, je prenais ça à cœur. Quand je ne remportais pas les médailles, c’était la catastrophe pour moi! Je n’avais vraiment besoin de personne pour me mettre la pression. Mon seul sujet de réprimande : au grand dam de ma mère, j’aimais beaucoup lire, mais pas beaucoup dormir. Si bien que j’en ai passé des heures à lire sous les couvertures avec une lampe de poche! Aujourd’hui, j’aime toujours autant lire, mais j’aime un peu plus dormir… (Rires.) Quote droite

Michel Patry

Flèche droite blanche

MINIBIO

  • Né en 1957, à Montréal
  • Aîné d’une famille de deux enfants (une sœur)
  • Marié
  • Père d’une fille (26 ans) et d’un fils (23 ans)
  • Maîtrise en gestion, HEC Montréal (1980) et
    doctorat en économie, UBC (1987)
  • Champ d’intérêt : économie des organisations
03Avez-vous un talent caché ?

Quote gauche Pour faire rire mes enfants, je m’amuse à imiter des voix. Je peux leur répéter des extraits de discours politiques en calquant les accents et les intonations ou encore reprendre certaines répliques de films, comme celles de l’inspecteur Clouseau. Et là, ils trouvent ça très drôle et ils en redemandent. Il faut dire que ma fille est en théâtre et que c’est un jeu que nous avons beaucoup de plaisir à pratiquer en famille. Évidemment, il s’agit d’un talent très caché que j’ai toujours réservé à mon cercle privé. Quote droite

04Si vous aviez une baguette magique ?

Quote gauche S’il existait un gradateur pour accroître le niveau de tolérance des gens, je m’empresserais de le tourner à fond. Et ce, à tous égards, sur le plan religieux, ethnique, orientation sexuelle… Il y a actuellement une montée de certitudes qui ne présage rien de très bon. Comme Nietzsche le disait si bien : “Ce n’est pas le doute, c’est la certitude qui rend fou”. Ainsi, ce ne sont pas les gens qui doutent qui m’effraient, mais ceux qui sont foncièrement persuadés de détenir la vérité. Personnellement, j’aime mieux composer avec l’angoisse qu’apporte le doute qu’avec l’extrémisme qu’entraîne trop de certitudes. Quote droite

05Une activité que vous aimez par-dessus tout ?

Quote gauche Passer du temps avec mes enfants pour voir comment ces jeunes adultes se développent et en savoir plus sur leur perception du monde et leurs centres d’intérêt. J’apprends beaucoup d’eux en m’ouvrant à leurs univers respectifs : la physique et la culture. J’essaie de lire les livres et de voir les films qui les intéressent pour le seul plaisir d’échanger avec eux. C’est fascinant de découvrir les angles différents que l’on adopte face aux mêmes sujets et d’en apprendre ainsi davantage sur leurs valeurs! Si je pouvais multiplier le temps consacré à ces partages, je le ferais volontiers. Quote droite

06Une réalisation dont vous êtes fier ?

Quote gauche Évidemment, aucune réalisation ne se fait seul. En matière d’efforts collectifs, je suis donc particulièrement fier de la création de la Fondation HEC Montréal et du projet de construction d’une nouvelle antenne au centre-ville de Montréal. De longue haleine, ces deux initiatives sont étroitement liées et ont exigé beaucoup de persévérance. Quand on a lancé la Fondation, les dons s’élevaient à environ 2 M$ par année, alors que depuis sept ou huit ans, nous en levons en moyenne 10 M$ par an. Nous avons donc gardé le cap et nos rêves se concrétisent enfin. Quote droite

07Un intérêt personnel qui surprend ?

Quote gauche La philosophie politique, notamment les régimes d’économie planifiée. Un sujet pour lequel je me passionne depuis des années. Ainsi, j’ai beaucoup lu sur les réformes économiques en Russie et en Chine, sur l’histoire et l’évolution de ces systèmes. À une époque, je lisais régulièrement les versions anglaises de La Pravda! Comme ces sujets sont loin de mes champs d’intérêt, mes collègues sont toujours surpris de m’entendre les aborder. Ces lectures sont riches d’enseignements pour comprendre, par exemple, pourquoi la Chine a connu un tel développement économique alors que la Russie a stagné. Quote droite

08Si vous étiez premier ministre…

Quote gauche Je ferais de l’éducation LA priorité des priorités, du primaire à l’université, même si les enjeux en santé sont grands. Car, plus les gens sont éduqués, plus la productivité des organisations s’améliore. Et plus ils ont acquis une culture générale, plus leur niveau de tolérance et de compréhension envers l’autre s’accroît. Déjà, 80 % de l’économie du Québec repose sur l’industrie des services, d’où l’importance d’investir dans le savoir. Sans compter qu’avec l’intelligence artificielle et la robotisation, les travailleurs devront constamment mettre leurs connaissances à jour. Quote droite

09Si vous n’aviez pas enseigné…

Quote gauche J’aurais probablement été économiste, car j’ai toujours eu beaucoup d’intérêt pour les politiques publiques et les systèmes économiques. J’aurais aussi pu faire carrière dans les affaires internationales, à travailler dans une ambassade ou encore pour une organisation mondiale. Lorsque j’étais au cégep, je me rappelle avoir été très inspiré lors d’une visite à l’ONU. Si bien qu’avant d’entreprendre ma maîtrise, j’avais même commencé à me préparer pour participer à un concours gouvernemental. En y pensant bien, mes fonctions actuelles m’ont, à maintes reprises, donné l’occasion de développer des partenariats à l’étranger. Quote droite

10Qu’allez-vous faire après votre mandat de directeur ?

Quote gauche Jusqu’à tout récemment, je n’en avais vraiment aucune idée. Puis, le conseil d’administration de la Fondation HEC Montréal m’a offert le poste de président-directeur général de cet organisme que j’ai contribué à créer en 2011-2012. Dès le 1er juillet, je me consacrerai donc à en développer la vision stratégique et à élaborer une stratégie de sollicitation et de fidélisation des donateurs, en me concentrant sur la campagne reliée au projet de construction du nouvel édifice de l’École au centre-ville de Montréal. Ainsi, je demeurerai un fidèle contributeur à l’évolution de mon alma materQuote droite

Photo : Émilie Nadeau

EMBA

EMBA