Bourses étudiantes, échanges internationaux, participation à des compétitions nationales et internationales, accès à des outils à la fine pointe de la technologie, percées en recherche dans des domaines d’avenir tels que la science des données et l’intelligence artificielle, informatisation des salles de cours et améliorations du milieu de vie… Toutes ces réalisations et plus encore ont été rendues possibles, en très grande partie, grâce aux donateurs de la Fondation HEC Montréal.

Ces généreux contributeurs soutiennent la Fondation et, partant, toute la communauté de l’École. Peu importe le montant, chaque don a des retombées directes et durables. « L’effet de masse est essentiel, car c’est ensemble que nous pouvons réaliser de grandes choses, affirme Emilie Rondeau, directrice, Sollicitation de masse. En 2017, le don moyen des 4 834 donateurs grand public – sur un total de 4 903 donateurs de la Fondation – s’élevait à 111 $. Les montants recueillis lors de chacune de nos campagnes de sollicitation sont considérables et nous permettent notamment d’accorder de nombreuses bourses à des étudiants de tous les cycles et de tous les programmes d’études. C’est donc dire qu’il ne faut pas sous-estimer la force de ce que l’on peut accomplir collectivement. »

POURQUOI DONNER ?

Pour susciter le don et assurer le renouvellement des donateurs, l’équipe de la Fondation travaille constamment à bonifier ses stratégies visant à démontrer concrètement l’impact de ces contributions. Elle concentre aussi ses efforts sur les diplômés et sur les autres membres de la communauté HEC Montréal pour cultiver le plaisir de donner et les éveiller à l’importance d’appuyer l’École.
« Le point commun de tous les diplômés est d’avoir vécu l’expérience HEC Montréal, déclare Emilie Rondeau. Il faut entretenir leurs relations avec l’École et trouver des façons de faire pour qu’ils restent engagés et sentent toujours qu’ils font partie intégrante d’un groupe qui partage les mêmes valeurs d’excellence, de détermination et d’audace. Il faut les sensibiliser au fait que leur générosité permettra aux futures générations de bénéficier comme eux de ce passage si enrichissant et contribuera à former une relève en gestion de calibre mondial, vitale à l’essor de notre société. »

Émilie Rondeau

quote noireIL FAUT SENSIBILISER LES DIPLÔMÉS AU FAIT QUE LEUR GÉNÉROSITÉ PERMETTRA AUX FUTURES GÉNÉRATIONS DE BÉNÉFICIER COMME EUX DE CE PASSAGE SI ENRICHISSANT ET CONTRIBUERA À FORMER UNE RELÈVE EN GESTION DE CALIBRE MONDIAL,VITALE À L’ESSOR DE NOTRE SOCIÉTÉ. quote droite
EMILIE RONDEAU
DIRECTRICE, SOLLICITATION DE MASSE

DES RÉSULTATS CONCRETS ET SIGNIFICATIFS

Le montant total des engagements en matière de dons recueillis par la Fondation HEC Montréal en 2017 s’élevait à plus de neuf millions de dollars. En 2016-2017, grâce, entre autres, aux contributions provenant de tous les types de donateurs, petits et grands :

  • Plus de 1,7 million de dollars a été investi dans les différents programmes de recherche de l’École;
  • Plus de 1 160 étudiants méritants se sont partagé au-delà de 1,18 million de dollars en bourses pour l’excellence de leur parcours, leur engagement ou leur esprit d’entrepreneuriat.

C’est d’ailleurs par le biais de bourses qu’Anouk Trudel (B.A.A. 1995 et EMBA 2013), chef de programme, Initiatives numériques, chez McKesson Canada, a décidé de faire un don à la Fondation HEC Montréal. « Je me considère très privilégiée d’avoir pu compter sur le soutien financier de ma famille et sur un réseau qui m’a permis de travailler pendant mes études à HEC Montréal, souligne-t-elle. Mais de nombreux jeunes – et d’autres moins jeunes qui décident de retourner à l’école – n’ont malheureusement pas cette chance. Parfois, ils n’ont même pas les moyens de poursuivre leurs études. Or, l’éducation est, à tous les niveaux, essentielle pour le bien et l’avancement de notre société. Faire un don sous forme de bourses, c’était une façon pour moi d’aider ces étudiants. »

ENRICHIR… SES EXPÉRIENCES

L’engagement de donateurs comme Anouk Trudel fait en effet une réelle différence dans la vie des étudiants. Parlez-en à Max Fontaine, étudiant au B.A.A., qui a reçu en 2017 une bourse de leadership pour son engagement en tant que vice-président au développement durable de l’Association des étudiants de HEC Montréal (AEHEC). « L’AEHEC a été une expérience des plus profitable qui m’a appris beaucoup de choses sur les plans professionnel, social et personnel, souligne-t-il. Les membres de l’Association s’investissent par volonté et par conviction, sans rémunération, et souvent sans pouvoir travailler à temps partiel. En plus de nous aider financièrement pour nos études, cette bourse représente pour nous une forme de reconnaissance et d’encouragement pour notre engagement. »

SOUTENIR LES BÂTISSEURS DE DEMAIN

Il existe plusieurs façons d’appuyer son alma mater, notamment en participant à la campagne de financement de la Fondation HEC Montréal par un don annuel ou par des versements mensuels. Tout cela dans le but d’offrir à des étudiants comme Max Fontaine les outils requis pour devenir des gestionnaires ouverts sur le monde, capables d’affronter les défis qui se présenteront à eux au cours des prochaines années.
Les retombées aussi sont multiples. Les étudiants peuvent notamment développer leur plein potentiel et leurs projets, et faire leur marque dans le monde des affaires. Ils obtiennent alors une formation de haut niveau grâce à la qualité des professeurs qui partagent avec eux leurs connaissances et leur expertise, et disposent des moyens nécessaires pour explorer de nouvelles avenues en recherche. Ainsi, l’École demeure un leader dans son domaine tant au pays qu’à l’échelle internationale, et peut continuer de former les bâtisseurs de demain.∙

Illustration : HEC Montréal