Connaissez-vous le Club des 100 de la Fondation HEC Montréal ? Lancé en mars 2014, il réunit des jeunes philanthropes de 45 ans et moins qui ont à cœur la destinée de l’École et qui se mobilisent pour une cause commune : l’éducation supérieure. Au centre de leur action : engagement, partage et entraide.

« Lors du lancement de ce club, la Fondation voulait laisser les membres choisir le nom de leur regroupement afin qu’il les représente vraiment, raconte Badreddine Maamar (Certificat en gestion du marketing 2007), conseiller au développement philanthropique à la Fondation. Après une séance de brainstorming, c’est la désignation “Club des 100” qui a été retenue. Les membres voulaient ainsi bien incarner leurs ambitions quant au développement du Club : recruter 100 membres. »

Badreddine Maamar

quote noireHEC MONTRÉAL A ÉTÉ MA PORTE D’ENTRÉE SUR LE QUÉBEC EN 2003 COMME JEUNE ÉTUDIANT ÉTRANGER. LES AMITIÉS QUI SE SONT FORGÉES À L’ÉPOQUE SONT TOUJOURS PRÉSENTES DANS MA VIE.quote droite
BADREDDINE MAAMAR
Conseiller au développement philanthropique à la Fondation

OBJECTIF : 100 MEMBRES EN 2022

Au nombre de 75 actuellement, la majorité des membres sont des diplômés de HEC Montréal, mais d’autres jeunes professionnels qui souhaitent également soutenir la relève en gestion en font également partie. Tous s’engagent à faire un don de 10 000 dollars sur un horizon de dix ans. En tenant compte du crédit d’impôt pour don, le coût annuel de ce geste s’élève approximativement à 500 dollars.
« Nous souhaitons atteindre le nombre de 100 membres à l’ouverture du nouvel édifice de l’École au centre-ville, en 2022 », poursuit le jeune conseiller. Mais ne vous méprenez pas : malgré son nom, le Club ne s’arrêtera pas à ce nombre ! « Au contraire, tout renfort participe au rayonnement et au développement du Club et, par extension, de HEC Montréal », soutient-il.
Badreddine Maamar ne se contente pas d’assurer le développement du Club des 100 : il en est également membre. « Ma motivation à y contribuer puise sa raison profonde dans les souvenirs et l’expérience extraordinaire que je garde de mes années à l’École. HEC Montréal a été ma porte d’entrée sur le Québec en 2003 comme jeune étudiant étranger. Les amitiés qui se sont forgées à l’époque sont toujours présentes dans ma vie. Viennent s’ajouter la mission inspirante du Club, ma connaissance de l’impact que peut avoir une bourse sur le parcours d’un étudiant et le dynamisme des membres que j’ai la chance de côtoyer. »

Valérie Grenier-Paquette

VALÉRIE GRENIER-PAQUETTE

Janie Robillard

JANIE ROBILLARD

Benjamin Goldfarb

BENJAMIN GOLDFARB

Julien Duquette

JULIEN DUQUETTE

SE REGROUPER POUR SOUTENIR LA RELÈVE

La plupart des membres affectent leur don au Fonds commun de bourses du Club, mais certains choisissent d’accentuer leur soutien en optant pour une bourse personnalisée qui porte leur nom. La finalité demeure la même : encourager et soutenir la relève de l’École. Grâce à leurs efforts combinés, à ce jour, plus de 155 000 dollars ont été remis en bourses à 68 étudiants.
C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Valérie Grenier-Paquette (M. Sc. Gestion des ressources humaines 2017), consultante principale en stratégie d’affaires chez PMP Conseil, a choisi d’intégrer le Club des 100 : « Les bourses reçues pendant mon parcours universitaire m’ont permis de m’investir pleinement dans mes études. Je souhaite à mon tour aider des étudiants à avoir cette paix d’esprit qui favorise l’égalité des chances. Voyager et travailler souvent en Europe me fait prendre davantage toute la mesure de cette vision qu’a HEC Montréal d’avoir un impact positif sur la communauté et le monde, et il faut en faire profiter la relève. »
Membre du Club depuis 2018, Janie Robillard (M. Sc. Développement organisationnel 2014), directrice des opérations et du développement au Groupe Millésime, accorde aussi une grande importance à son engagement auprès de la relève : « Lorsque j’ai bénéficié de bourses à titre d’étudiante, je me disais qu’un jour, ce serait à mon tour d’appuyer financièrement l’École et ses étudiants, précise-t-elle. Mes nombreux engagements à HEC Montréal m’ont permis notamment de me construire un réseau riche et diversifié dont j’apprécie de plus en plus la valeur pour mon parcours professionnel. Le Club des 100 en était la suite logique. Je suis fière de faire partie d’un réseau de gens d’une qualité exceptionnelle, aux parcours et aux forces des plus variés. »

ACCROÎTRE LES OCCASIONS D’ÉCHANGE

D’ailleurs, Janie Robillard et un autre jeune membre du Club, Benjamin Goldfarb (B.A.A. 2013), ont mis en place cette année des rencontres d’échange et de partage, avec le soutien de la Fondation. Il s’agit de petits déjeuners au cours desquels les membres du Club peuvent partager expérience et expertise professionnelles. Ils profitent aussi d’un accès à certaines activités prisées de l’École et à un événement annuel qui favorise les rencontres et les échanges avec les boursiers et qui permet à la Fondation de reconnaître leur contribution.
Pour Julien Duquette (DESS en gestion du patrimoine 2009), entrepreneur en construction résidentielle et commerciale au sein d’Entreprises Duquette et membre du Club depuis juin 2019, soutenir la relève en gestion est l’un des aspects les plus importants de son engagement : « C’est en acquérant ces précieuses connaissances durant leur parcours universitaire que les futurs étudiants pourront potentiellement faire avancer non seulement leur propre carrière, mais aussi la société en général en innovant et en repoussant leurs limites. Si tout le monde contribuait à sa juste mesure, toute la société en profiterait. » ∙

POUR EN SAVOIR PLUS

Consultez le site clubdes100.hec.ca
Communiquez avec Badreddine Maamar : 514 340-7186
ou badreddine.maamar@hec.ca.

Illustration : iStock