Qui ne connaît pas Jacques Nantel ! Au-delà de l’expert très médiatisé, de l’orateur doué et du vulgarisateur-né, quelles facettes de sa personnalité n’a-t-il jamais exposées ?

01La fois où vous avez eu l’air le plus fou ?

Quote gaucheLe tout premier cours que j’ai donné : c’était dans un collège de jeunes filles où l’on enseignait la mode. Je suis arrivé en classe le chandail à l’envers dans les deux sens. Et comme si ce n’était pas assez, je me suis renversé un café sur le dos en me penchant pour ramasser mes notes que j’avais échappées.
À la pause, alors que je n’avais toujours pas constaté mon problème, une jeune fille est venue m’en aviser. Moi qui pensais qu’elle venait me poser une question sur le contenu de mon cours… Quote droite

02Depuis combien de temps portez-vous la moustache ?

Quote gaucheJ’avais 15 ans et je ne l’ai jamais coupée depuis. À l’époque, le directeur des études m’avait accosté pour me demander pourquoi je portais une barbe. Je lui avais fait croire que j’étais dans une troupe de théâtre et qu’on n’avait pas les moyens d’acheter de fausses barbes. En bon jésuite, il s’était alors mis à me cuisiner sur la pièce, le personnage, les répliques… Inutile de dire que je me suis enlisé. Depuis, j’ai retenu qu’on ne gagne rien à tenter de berner les autres.Quote droite

Flèche droite blanche

MINIBIO

  • Né en 1956 à Saint-Laurent;
  • Marié et père de 4 enfants;
  • Dernier d’une famille de 6 enfants (2 frères, 3 sœurs);
  • Titulaire d’une maîtrise en gestion (HEC Montréal) et d’un doctorat en administration spécialisé en marketing (Université de l’Indiana).
03Votre plus beau souvenir de HEC Montréal ?

Quote gaucheLorsque j’ai gagné le Grand Prix de pédagogie de l’École, en 1994. Et là, j’insiste pour préciser que ce n’est pas le prestige de la Place des Arts ni les honneurs qui m’ont touché, mais le fait que cette distinction m’a été remise par Jean Guertin, un collègue que j’estimais beaucoup et qui m’a grandement inspiré au cours de ma carrière.
Ce qui ajoute à cet honneur, c’est que ce prix porte aujourd’hui le nom de ce grand et regretté pédagogue.Quote droite

04Avez-vous déjà eu un surnom ?

black_left_quoteDans ma famille, j’étais le petit dernier qui n’avait qu’une envie : attirer l’attention de ses deux grands frères adolescents qui avaient, pour leur part, bien d’autres préoccupations. J’aurais fait n’importe quoi pour faire partie de la « gang des gars ». Le soir, lorsqu’ils étudiaient dans leur chambre, je passais mon temps à les déranger pour leur proposer un jus, de l’eau et même leurs pantoufles. J’étais tellement à leur service qu’ils en sont venus à m’appeler « Nestor », comme le très dévoué majordome dans Tintin.black_right_quote

05Une expérience d’enseignement marquante ?

black_left_quoteUn jour de printemps, alors que l’attention se faisait rare, j’ai demandé à un de mes étudiants qui semblait s’ennuyer royalement pourquoi il n’allait pas voir Paris ou New York plutôt que de perdre ainsi son temps. Après la pause, il a quitté la classe et n’est plus jamais revenu. Sur le coup, je me suis senti très mal, puis, quelques années plus tard, j’ai appris que ce même étudiant, qui est aujourd’hui une figure très connue au Québec, était revenu finir ses études après avoir fait le tour du monde.black_right_quote

06Hormis le marketing, quelle est votre plus grande passion ?

black_left_quote Aussi étonnant que cela puisse paraître, le marketing n’est pas une passion pour moi. Ce qui m’intéresse dans cette discipline, c’est la psychologie de la consommation, l’être humain… Ma plus grande passion, c’est l’opéra baroque anglais. Et plus particulièrement les compositions de Haendel, Purcell, Blow… Des opéras qui sont très peu joués à Montréal, voire jamais. De sorte que toute ma vie, chaque fois que j’ai été invité à prononcer une conférence à l’international, j’ai toujours cherché à me procurer des billets.black_right_quote

07Si vous aviez une baguette magique ?

black_left_quoteJe ferais en sorte que tous ceux qui ne croient pas en leur potentiel, ou en leur pouvoir de changer les choses ou leur vie, y croient. Ça m’a toujours désolé de voir des gens qui endurent une situation ou qui font leur travail de façon mécanique en espérant que demain, par miracle, les choses auront changé. Je suis convaincu que chacun a le pouvoir de faire des choses merveilleuses, peu importe ses habiletés ou les conditions dans lesquelles il évolue.black_right_quote

08D’où vous vient cette passion pour l’opéra baroque ?

black_left_quoteQuand j’étais petit, on avait quatre disques à la maison : un album de Claude Léveillée et trois disques classiques, dont l’opéra Jules César, de Haendel. Quand mes parents s’absentaient, je les écoutais en cachette. C’est comme ça que j’ai commencé à aimer la musique classique. Puis, un soir, alors que j’étais étudiant à McGill, j’ai presque eu une révélation en écoutant un oratorio de Haendel. Depuis, je collectionne tous ses opéras et ses oratorios, mais comme ce compositeur a été très prolifique, je n’en finis pas de le découvrir. black_right_quote

09Votre plus grande fierté ?

black_left_quoteAvoir su préserver et enrichir mes liens avec ma femme, mes enfants, ma famille et mes amis, malgré le fait que le travail a toujours occupé une grande place dans ma vie. Je suis très fier de ne pas être passé à côté de cette richesse. Ça m’attriste d’ailleurs beaucoup de constater à quel point certains professionnels qui ont bien réussi leur carrière peuvent, au final, se retrouver seuls. Je suis toujours resté vigilant à cet égard, car il est si facile de se faire happer par le travail !black_right_quote

10Où vous voyez-vous dans dix ans ?

black_left_quoteChose certaine, j’aurai mis un terme à mes activités professionnelles. J’ai récemment pris ma retraite de l’enseignement, mais je travaille toujours. Dans dix ans, il est clair qu’on ne me verra plus sur aucune tribune professionnelle. Je me vois en train de faire tout ce que je n’ai jamais eu le temps de faire. Je rêve notamment de jardiner, de lire tous les grands classiques, de flâner sur un banc public. Et je vous jure qu’aucun de ces contenus ne portera sur la gestion ou le marketing ! (Rires)black_right_quote

Photo : Bénédicte Brocard