Difficile d’ignorer l’importance du sport dans nos sociétés modernes et tout particulièrement à Montréal, qui vibre au rythme de ses héros sportifs quatre saisons par année. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que HEC Montréal, à l’instar de centaines d’universités nord-américaines, européennes et asiatiques, mette sur pied un microprogramme en management du sport.

Éric Brunelle« Au cours des deux dernières années, nous avons pris la mesure de ce qui se faisait de mieux en matière de gestion du sport dans nombre d’universités, déclare Eric Brunelle, maître d’œuvre de ce projet. Nous nous sommes aussi entourés de personnes influentes et branchées sur le monde du sport professionnel et amateur, afin de nous assurer que notre offre répondait aux besoins des entreprises et des organisations sportives d’ici. » Ce professeur en management de HEC Montréal n’est donc pas peu fier à la fois de la réaction de l’institution à l’idée de créer ce nouveau programme et de l’engouement qu’il suscite.

Pour cette première au Québec, HEC Montréal propose, dès la rentrée de 2018, un microprogramme de deuxième cycle qui comprend cinq cours élaborés pour offrir un solide équilibre entre la théorie et la réalité des entreprises et des organisations qui évoluent dans l’univers du sport. Ainsi, en plus d’aborder en classe des notions relatives à la nature, au fonctionnement, à l’évolution et aux défis des organisations professionnelles et amateures, la trentaine d’étudiants de la première cohorte les intégreront par des visites sur le terrain. Lors du cours terminal, ils travailleront également sur une problématique d’intérêt, afin de synthétiser les acquis de leur parcours universitaire.

Difficile d’ignorer l’importance du sport dans nos sociétés modernes et tout particulièrement à Montréal, qui vibre au rythme de ses héros sportifs quatre saisons par année. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que HEC Montréal, à l’instar de centaines d’universités nord-américaines, européennes et asiatiques, mette sur pied un microprogramme en management du sport.

Éric Brunelle

« Au cours des deux dernières années, nous avons pris la mesure de ce qui se faisait de mieux en matière de gestion du sport dans nombre d’universités, déclare Eric Brunelle, maître d’œuvre de ce projet. Nous nous sommes aussi entourés de personnes influentes et branchées sur le monde du sport professionnel et amateur, afin de nous assurer que notre offre répondait aux besoins des entreprises et des organisations sportives d’ici. » Ce professeur en management de HEC Montréal n’est donc pas peu fier à la fois de la réaction de l’institution à l’idée de créer ce nouveau programme et de l’engouement qu’il suscite.

Pour cette première au Québec, HEC Montréal propose, dès la rentrée de 2018, un microprogramme de deuxième cycle qui comprend cinq cours élaborés pour offrir un solide équilibre entre la théorie et la réalité des entreprises et des organisations qui évoluent dans l’univers du sport. Ainsi, en plus d’aborder en classe des notions relatives à la nature, au fonctionnement, à l’évolution et aux défis des organisations professionnelles et amateures, la trentaine d’étudiants de la première cohorte les intégreront par des visites sur le terrain. Lors du cours terminal, ils travailleront également sur une problématique d’intérêt, afin de synthétiser les acquis de leur parcours universitaire.

quote noire OFFRIR À MONTRÉAL UN PROGRAMME EN GESTION DU SPORT ALLAIT DE SOI, DANS UNE VILLE RÉSOLUMENT SPORTIVE QUI A DÉJÀ ACCUEILLI LES JEUX OLYMPIQUES ET QUI EST LE DOMICILE DU CANADIEN, DE L’IMPACT ET DES ALOUETTES, EN PLUS DE RECEVOIR CHAQUE ANNÉE LE GRAND CIRQUE DE LA FORMULE 1 ! quote droite
ERIC BRUNELLE
Responsable du microprogramme en management du sport

Que les sceptiques qui doutaient de l’intérêt pour un tel programme se ravisent ! « Nous avons reçu près d’une centaine de demandes d’admission, ce qui dépasse largement nos attentes ! » souligne avec enthousiasme le professeur, qui est aussi coureur de fond à ses heures. La première cohorte est très hétéroclite, puisqu’on y trouve des gens aux profils fort variés, allant de jeunes finissants au baccalauréat – souvent en kinésiologie ou en éducation physique – qui veulent se doter d’outils de gestion à d’anciens athlètes qui entrevoient une carrière managériale, en passant par des gestionnaires d’organisations à vocation sportive qui souhaitent approfondir leurs connaissances.

Sans parler de victoire assurée, nul doute que la réaction à ce microprogramme en gestion du sport permet d’entrevoir une belle réussite ! ∙

Illustration : iStock