Par leurs projets, ces diplômés bousculent les modes de fonctionnement économique actuels en plaçant la communauté au cœur de leur réflexion. Motivés par un profond désir de changement, ils créent des outils pour connecter le monde de la gestion et celui de l’innovation sociale.

HUGO STEBEN

HUGO STEBEN
(M. Sc. Management 2010)
35 ans, directeur de l’entrepreneuriat social, Maison de l’innovation sociale
REDONNER LE POUVOIR AUX CITOYENS

Redonner le pouvoir aux citoyensD’abord consultant en stratégie et gestion de l’innovation au Canada et en Europe tout en étant chargé de cours à HEC Montréal, Polytechnique Montréal et l’Université Laval, Hugo Steben a été approché l’an dernier pour contribuer au démarrage de la Maison de l’innovation sociale. « Bon nombre de citoyens ont des idées, mais ils ignorent comment leur donner vie, alors ils ne passent jamais à l’action. Notre travail consiste à favoriser l’émergence des idées à haut potentiel d’impact positif sur nos sociétés, à accompagner les initiateurs et à les orienter vers les ressources et les partenaires qui pourront favoriser le déploiement de leur plein potentiel. »

On s’attaque ainsi à des problématiques et à des enjeux sociaux très complexes, dans un domaine où les idéateurs n’ont souvent ni pouvoir, ni influence, ni accès à toutes les ressources ou compétences. « Naviguer dans les écosystèmes de parties prenantes pour déployer ces initiatives peut être très difficile ». Hugo Steben contribue donc à redonner le pouvoir aux citoyens, afin qu’ils puissent à leur tour avoir un impact sur leur milieu de vie. « J’aime voir les gens et les organisations se développer et performer. Si, en plus, la réussite de leurs projets se traduit par un impact positif sur notre société, cela donne un sens encore plus fort à mon travail. »

https://www.mis.quebec

JEAN-SÉBASTIEN NOËL

JEAN-SÉBASTIEN NOËL
(M. Sc. Recherche marketing 2003)
39 ans, président et cofondateur de La Ruche
PRENDRE EN MAIN L’ESSOR RÉGIONAL

Identifié par le journal Les Affaires en 2015 comme l’un des 25 futurs leaders du Québec, Jean-Sébastien Noël a lancé La Ruche, un organisme spécialisé dans le financement participatif, il y a cinq ans. L’idée n’était pas de concurrencer d’autres plateformes mondiales telles que Kickstarter ou Indiegogo, mais bien de s’offrir un outil de développement économique régional qui mobilise une population autour d’un projet et qui complète l’offre en y ajoutant proximité
et accompagnement.

Prendre en main l’essor régional« Le financement participatif, c’est cette manière assez démocratique qui place l’entrepreneur au centre de sa destinée économique et qui sert à valider le modèle, explique-t-il. À La Ruche, chaque projet doit laisser une empreinte économique, sociale ou culturelle sur sa région. Pour y arriver, le contact humain est essentiel. » En plus d’un groupe de 250 ambassadeurs à l’échelle de la province, chacune des cinq régions où La Ruche est présente dispose d’au moins une ressource pour accompagner les promoteurs. « Ce sont des gens qui se sont réalisés professionnellement et qui ont envie de s’engager dans les projets d’autrui. Un lien se crée alors entre l’entrepreneur et la plateforme qui va bien au-delà du Web. »

Selon Jean-Sébastien Noël, tout entrepreneur devrait se questionner sur l’empreinte qu’il laisse dans sa communauté et s’assurer que son projet y a un impact positif. À ce jour, grâce à La Ruche, près de trois millions de dollars ont été amassés pour soutenir des projets d’ici.

https://laruchequebec.com

CÉCILE BRANCO-CÔTÉ

CÉCILE BRANCO-CÔTÉ
(M. Sc. Innovation sociale 2018)
26 ans, cofondatrice du Centre Magnétique et de Quartier Artisan
RECONSTRUIRE PAR LA CRÉATION

L’idée d’ouvrir le Centre Magnétique est venue après l’accident ferroviaire survenu à Lac-Mégantic en 2013. « On s’était donné comme mission de promouvoir l’économie de Mégantic, mais aussi de participer à la dynamisation de la région. C’est par ces réflexions à titre d’organisation de développement qu’a aussi été lancé Quartier Artisan », explique la cofondatrice des deux organismes.

Reconstruire par la créationL’entrepreneure voyait dans Quartier Artisan un projet destiné à l’ensemble des créateurs de la province : « Il y a de plus en plus d’artisans au Québec; la demande de produits faits main est en croissance, mais il n’y avait aucune structure pour les guider et leur permettre d’accéder à différents types de réseaux », ajoute Cécile Branco-Côté. Quartier Artisan est devenu cette structure. »

Pour compléter l’offre d’accompagnement, l’Accélérateur des artisans du Québec a été cocréé avec le Pôle entrepreneurial de HEC Montréal et le SAJE. Échelonné sur sept mois, ce programme se décline en six modules de trois jours. « Les artisans peuvent ainsi continuer de créer; puis, venir une fois par mois, dans la région pour une retraite intensive de travail.

« J’ai toujours été guidée par la volonté de changer ou d’améliorer les choses. Dans la société actuelle, il est essentiel de prendre conscience des défis sociaux, écologiques et économiques auxquels on est confronté. Par les projets que l’on développe, il faut tenter de relever en partie ces grands défis », conclut Cécile Branco-Côté.

http://www.centremagnetique.ca/
http://quartierartisan.com/

Photos : Ariel Tarr (portraits) – Autres photos fournies gracieusement par nos diplômés.