En moins de cinq ans, Dany Michaud a fait de Moisson Montréal un véritable modèle d’efficacité pour nourrir le plus de gens possible. Si bien que le gouvernement du Québec vient de lui confier les rênes de RECYC-QUÉBEC pour insuffler un nouvel élan à cet organisme.

Dany MichaudPour Dany Michaud, devenir président-directeur général de RECYC-QUÉBEC s’inscrivait dans la continuité. À Moisson Montréal, réduire le gaspillage, redonner une seconde vie aux denrées et inciter les gens à donner plutôt qu’à jeter a été son lot quotidien. Son expérience en gestion de projet et ses valeurs profondes liées à l’environnement sont donc sans conteste des atouts majeurs pour mener à bien ses nouveaux dossiers.
« J’ai besoin de me lever le matin en ayant l’impression de contribuer à la société, de participer activement au changement, souligne Dany Michaud. Le Québec pourrait faire davantage sur le plan de la revalorisation des matières résiduelles. Pour y parvenir, RECYC-QUÉBEC s’est vu confier des objectifs ambitieux. Je travaille donc à les atteindre et j’y mets la même détermination que celle dont j’ai fait preuve à Moisson Montréal. »
Avant son arrivée, Moisson Montréal était déjà la plus grande banque alimentaire du Canada. Malgré tout, des lacunes persistaient sur le plan des opérations et de la logistique. « Un organisme comme Moisson Montréal doit être 200 fois plus efficace qu’une usine traditionnelle, car la cause est trop importante : des milliers de gens en dépendent pour se nourrir », déclare Dany Michaud, titulaire d’un baccalauréat en gestion et de deux certificats, un en ressources humaines et l’autre en gestion des opérations, tous complétés à HEC Montréal.

quote noireJe suis un homme d’affaires qui a eu une mission philanthropique quote droite

Moisson Montréal lutte contre la faim depuis 30 ans. On estime qu’un Montréalais sur six souffre d’insécurité alimentaire. Ce sont des bénéficiaires de l’aide sociale, des itinérants, des personnes âgées, mais aussi, et de plus en plus, des travailleurs à faible revenu. Sans compter des milliers d’enfants.
Pragmatique, Dany Michaud a entrepris son mandat à Moisson Montréal en se donnant un défi simple : réorganiser les opérations de manière à obtenir davantage de denrées et à nourrir plus de gens. Cinq ans plus tard, les résultats sont probants : en 2010, Moisson Montréal redistribuait annuellement quelque neuf millions de kilos de nourriture dont la valeur se chiffrait à 45 millions de dollars; aujourd’hui, l’organisme récupère et redistribue plus de 13 millions de kilos de denrées, pour une valeur estimée à 75 millions de dollars. Plus de 240 organismes – comptoirs, cuisines collectives, popotes roulantes, etc. – peuvent ainsi nourrir plus de 140 000 personnes chaque mois, dont près de 40 000 enfants.

Moisson Montréal

RécupérAction Marronniers

EXPLOITER LE GASPILLAGE

Pour y parvenir, l’ancien directeur général s’est attaqué au gaspillage alimentaire. Entre le champ et l’assiette, 40 % des denrées sont jetées. Moisson Montréal a donc mis sur pied un projet de récupération dans 60 supermarchés.
Elle y récolte tous les invendus, y compris la viande et les poissons, des denrées qui valent de l’or pour les organismes communautaires. Depuis 2013, 437 tonnes de nourriture ont ainsi évité la poubelle, dont 125 tonnes de viande. Rien de semblable ne se fait ailleurs en Amérique du Nord !
Des cyniques prétendent que des individus profitent de la bonne foi des banques alimentaires pour manger gratuitement. « Impossible », réplique Dany Michaud, qui connaît plusieurs histoires à vous fendre le cœur. « Ces gens prennent la nourriture dont on ne veut pas », rappelle-t-il.

Dany Michaud est un gestionnaire qui a besoin de contribuer à la société, de participer activement à son amélioration. Emballé par son nouveau défi professionnel, il se dit très enthousiaste à l’idée de travailler avec l’équipe de RECYC-QUÉBEC, à une époque où la gestion des matières résiduelles occupe une place si importante dans le monde.

Dany Michaud est un gestionnaire qui a besoin de contribuer à la société, de participer activement à son amélioration. Emballé par son nouveau défi professionnel, il se dit très enthousiaste à l’idée de travailler avec l’équipe de RECYC-QUÉBEC, à une époque où la gestion des matières résiduelles occupe une place si importante dans le monde.

UNE ENTREPRISE PRESQUE COMME
LES AUTRES

Dany Michaud se défend d’être un bon Samaritain. « Je suis un homme d’affaires qui a eu une mission philanthropique », affirme cet ancien mécanicien d’aéronefs, qui est persuadé que les gestionnaires et les universitaires ont leur place dans les organismes communautaires. « Moisson Montréal n’est pas différente d’une entreprise privée, dit-il. J’y avais des budgets, des opérations, de la logistique, et aussi le devoir de gérer avec efficacité et transparence. »
À certains égards, Moisson Montréal n’a toutefois rien à voir avec une entreprise classique, précise-t-il. Elle a peu de ressources, compte beaucoup plus de bénévoles (8 000) que d’employés (42) et ne réalise aucun profit. Son objectif n’est pas de croître, mais de mettre la clé sous la porte le jour où tout le monde mangera à sa faim…

Flèche droite blanche

DISTINCTIONS

  • Médaille du jubilé de la reine Elizabeth II (2012) pour souligner son engagement exceptionnel
  • « Jeune cadre du Québec » lors du Concours provincial ARISTA 2013 de la Jeune Chambre de commerce de Montréal
  • Créateur de valeur de HEC Montréal, pour ses réalisations exemplaires en développement durable (2014)

Un de ses coups de maître : multiplier les projets porteurs pour assurer sa présence sur la place publique toute l’année, et pas seulement au temps des Fêtes. Ainsi, Moisson Montréal mène une « Grande récolte » au printemps pour subvenir aux besoins des enfants de moins de cinq ans, distribue des lunchs dans les camps de jour l’été, et a même fait sa niche dans la cuisine de rue avec les repas en attente, un concept qui permet d’acheter un coupon-repas de 10 $ qui sera offert à une personne dans le besoin.
« Pour faire passer Moisson Montréal à la vitesse supérieure, nous avions besoin d’un dirigeant rassembleur, passionné, bon communicateur, hyper organisé et expert en opérations », indique Richard Blain, président du conseil d’administration de Moisson Montréal et maître d’enseignement à HEC Montréal.
« Mon passage à Moisson Montréal m’a sensibilisé à l’ampleur du gaspillage, mais a aussi fait de moi un meilleur gestionnaire dans tous les sens du terme. Je mets maintenant cette expertise à profit à RECYC-QUÉBEC pour relever de nouveaux défis qui me tiennent tout autant à cœur », affirme Dany Michaud.

Photos : Martin Girard et Eric Soulier.

Club entreprises HEC Montréal

Club entreprises HEC Montréal