Nommée directrice de la recherche et du transfert en juin dernier, Caroline Aubé a alors joint la nouvelle équipe de direction de HEC Montréal. Elle y voit l’occasion de s’impliquer à un niveau plus stratégique et d’appuyer ses collègues dans leurs activités de recherche et de transfert. Rencontre avec une fonceuse empathique et… sympathique !

01Le mot qui vous décrirait le mieux ?

Quote gauche Probablement le mot “engagée“, si je me fie à la rétroaction que j’ai eu l’occasion de recevoir de mon entourage. Quand j’accepte de participer à un projet, je m’investis à fond. J’essaie d’ailleurs d’orienter mes choix le plus authentiquement possible en me basant sur mes valeurs. Donc, quand je choisis de m’engager, le cœur suit la tête. Je préfère dire non plutôt que de m’investir dans un projet qui n’a pas de sens pour moi. J’ai besoin de cette cohérence. Quote droite

02Pourquoi avoir étudié en psychologie ?

Quote gauche Ce choix s’est fait de façon naturelle. J’ai toujours aimé les gens, et mon entourage m’a souvent dit que j’avais une bonne écoute. Quand j’ai commencé mes études en psychologie, j’étais sans doute un peu idéaliste. Ce qui m’interpellait, c’était la possibilité de faire une différence dans la vie de ceux qui en ont le plus besoin. En cours de route, j’ai choisi de me spécialiser en psychologie du travail. Comme nous passons une très grande partie de notre temps à travailler, ce choix de spécialisation me donne le sentiment de pouvoir élargir ma contribution. Quote droite

Caroline Aubé

Flèche droite blanche

MINIBIO

  • ■ Née en 1976, à Sillery (Québec)
  • ■ Enfant unique
  • ■ En couple depuis plus de 20 ans
  • ■ Mère d’une fille (12 ans) et d’un garçon (8 ans)
  • ■ Doctorat en psychologie du travail, Université de Montréal (2004)
  • ■ Champ d’intérêt : gestion et efficacité des équipes de travail
03Si vous n’aviez pas été professeure d’université…

Quote gauche Si je n’avais été professeure d’université et si je n’avais pas étudié en psychologie, j’aurais sans doute aimé être médecin, probablement pédiatre ou psychiatre. Je pense que des études en médecine m’auraient plu. Je suis studieuse, j’aime les sciences et cette profession m’aurait offert d’autres possibilités d’aider les gens. Cela dit, je n’ai jamais regretté mon choix de carrière. Au contraire, je dis souvent que j’exerce le plus beau métier du monde ! Je me sens privilégiée. Quote droite

04Si vous aviez une baguette magique ?

Quote gauche Si je pouvais enrayer la violence envers les enfants, je le ferais volontiers. Aucun enfant ne devrait être confronté à la violence, qu’elle soit psychologique, physique ou sexuelle. Chaque fois que je prends connaissance dans les médias d’une tragédie impliquant des enfants, je suis profondément bouleversée. Les images me hantent. Avec le recul, je réalise qu’il m’aurait été très difficile, à titre de psychologue, de baigner dans des problématiques de cette nature. En psychologie du travail, je peux m’investir totalement sans être pour autant chavirée. Quote droite

05Une personne qui vous a inspirée ?

Quote gauche Je ne serai sûrement pas très originale, mais la réponse qui me vient spontanément, ce sont mes parents. Ils m’ont transmis des valeurs dont je suis très fière. Ma mère est une fonceuse, une femme très déterminée. Elle m’inspire beaucoup et m’a toujours incitée à être courageuse. Mon père est honnête, droit et loyal. C’est un homme de parole qui m’a sensibilisée à l’importance de prendre soin de mon entourage. À leur contact, je suis devenue une sorte de fonceuse empathique. (Rires.) Leur façon d’aborder la vie m’inspire encore beaucoup. Quote droite

06Une passion particulière ?

Quote gauche J’aime marcher en forêt ou en montagne, observer la faune et la flore. Je prends plaisir à regarder les animaux dans leur environnement et à admirer les paysages. Ça nourrit mon côté contemplatif. Me promener dans la nature me fait le plus grand bien. Cela m’aide à faire le vide et à me ressourcer. Et si, par bonheur, j’ai la chance de croiser un chevreuil, eh bien, ça fait ma journée et tout mon entourage en est avisé. (Rires.) Je n’ai vraiment pas besoin de choses compliquées pour être heureuse. J’ai le bonheur très facile. Quote droite

07Une chose à changer dans le monde du travail ?

Quote gauche Dans un monde idéal, il n’y aurait plus de harcèlement au travail. J’aborde régulièrement cette problématique en classe pour conscientiser les étudiants aux conséquences du harcèlement sexuel et psychologique, et pour en décortiquer les causes. Au-delà des responsabilités de chacun, il y a aussi une responsabilité collective. Certains milieux de travail sont plus propices au harcèlement que d’autres. Pour contrer cette problématique, il faut adopter une approche globale. Quote droite

08La fois où vous avez eu l’air le plus fou ?

Quote gauche Il m’est arrivé plusieurs mésaventures amusantes dans ma vie. Un jour, alors que je devais être particulièrement concentrée sur la planification de mon cours, je me suis présentée en classe avec deux chaussures du même modèle, mais de couleur différente. C’était un peu gênant sur le coup, mais comme j’ai tourné cela à la blague, c’est vite devenu le running gag de la session. Quand je suis absorbée dans mes pensées, j’ai aussi tendance à ranger les objets dans des endroits assez inusités. Ça déclenche beaucoup de fous rires à la maison ! Quote droite

09Un conseil à donner aux dirigeants ?

Quote gauche Éviter de s’entourer de personnes qui leur ressemblent trop. Les équipes de direction et les conseils d’administration gagneraient à être moins homogènes. La diversité constitue une véritable richesse pour les organisations. Les décideurs doivent comprendre qu’il y a des avantages à favoriser la diversité de genre, d’âge, de culture et à valoriser cette différence au sein de leur organisation. Inconsciemment, les gens ont trop souvent tendance à s’entourer de personnes qui leur ressemblent. D’où l’importance d’être vigilant et de tenter de rechercher davantage de complémentarité. Quote droite

10Quelle empreinte aimeriez-vous laisser ?

Quote gauche Sur le plan personnel, je souhaite que mes enfants deviennent des adultes épanouis, qu’ils aient confiance en l’avenir. J’aurais beaucoup de regret de ne pas avoir réussi à bien les accompagner. Sur le plan professionnel, je souhaite contribuer à sensibiliser les dirigeants à l’importance d’adopter de saines pratiques de gestion permettant de concilier performance et santé au travail. J’espère y contribuer par mes recherches et mon enseignement. Quote droite

Photo : Marc Montplaisir

Pub HEC École des dirigeants

École des dirigeants Pub